C’est enfoncer une porte ouverte que d’affirmer que l’ère Internet est gouvernée par le contenu, et qu’autrement dit, sans contenu web on n’existe pas dans l’espace public.

Les individus, citoyens, consommateurs, ont fait de ce média le premier outil d’information, de recherche, d’aide à la décision, de débat et de transaction. Publier du contenu sur Internet s’est donc imposé comme un enjeu de référencement et de visibilité, mais aussi de relation à ses publics, et enfin de développement économique.

Il s’agit donc, pour tout acteur, organisation, institution ou entreprise, d’occuper le terrain du web. Une contrainte autant qu’une opportunité, si toutefois on décide de ne pas subir, mais bien de prendre la main, de devenir acteur de cette nouvelle condition incontournable.

C’est là toute l’intelligence de Guy Hoquet l’Immobilier, instigateur d’un projet aussi ambitieux et novateur, que pertinent.

chantilly

Ils sont partis d’un premier constat : une publication d’annonce immobilière ne suffit plus à attirer et développer une clientèle, et par extension à se démarquer sur le marché immobilier.

Deuxième constat : les acquéreurs ou locataires potentiels, en dehors de la description classique d’un habitat et de son prix moyen au mètre carré, manquent d’outils d’aide à la décision. En effet, avant de s’installer dans tel ou tel quartier, il est primordial d’être en mesure de se renseigner sur les infrastructures, commerces, activités culturelles et sportives, écoles, etc. Information qui pour le coup, est aujourd’hui absente d’Internet, ou pour le moins disséminée et souvent datée. Il y avait donc là une carte maîtresse à jouer…

Fabrice Abraham, Directeur Général du réseau Guy Hoquet l’Immobilier le résume ainsi : « Dans un contexte hyper concurrentiel et un monde en perpétuelle quête d’information, nous considérons que le site d’agence local est primordial ; pour être attractif il doit proposer plus que des annonces. D’où l’idée de créer du contenu de qualité permettant de mettre en avant la connaissance que le professionnel de l’immobilier a de sa commune, son quartier… »

Seulement voilà, l’ambition de créer, pour chaque agence, un média local à même de nourrir l’actualité de son quartier (soit 450 médias locaux) était tout simplement impossible… même sans sortir sa calculatrice, on imagine bien les nombreux zéros que cela pouvait aligner. A moins que.

À moins qu’1min30, l’agence d’Inbound  Marketing de Guy Hoquet, ne propose à Syllabs de relever le défi : et si ces médias locaux étaient rédigés automatiquement ? ça tombait bien, chez Syllabs, nous adorons ce genre de défi.

Nous avons donc développé, avec notre équipe d’ingénieurs linguistes, ingénieurs informaticiens, datas scientists et scénaristes, une solution capable de produire automatiquement un contenu riche, éditorialisé, et actualisé en continu.

L’algorithme que nous avons conçu collecte, trie et organise des millions de sources, et les transforme, en temps réel, en informations publiables.

Chaque jour sont rédigés automatiquement 450 articles et descriptions à partir de données structurées : secteur immobilier, mais aussi vie locale, sport, culture, commerce, etc. Celles-ci proviennent non seulement d’open data et de données web, mais aussi d’informations sourcées par les agents Guy Hoquet eux-mêmes. Et c’est là aussi que réside la grande force de ce projet : nous faisons des agents du réseau, de véritables data reporters. Ils nourrissent l’algorithme en infos brutes relevant de leur connaissance du quartier, qui sera digérée et traitée pour être partagée, sur ces médias locaux.

Il va sans dire que nos contenus produits automatiquement apportent un complément d’information qui ne peut concurrencer le savoir-faire et la valeur ajoutée du journalisme. Mais ils constituent un outil d’information pertinent qui enrichit la connaissance et l’actualité d’un secteur ou d’un territoire, en offrant un accès éditorialisé à des milliers de données existantes.

Fabrice Abraham commente sur ce point : « La solution proposée par Syllabs qui consiste à créer une information complémentaire qui ne pourrait être produite sans le recours à l’automatisation, en traitant à très grande échelle des données hyper spécialisées et hyper locales, nous a d’emblée séduite car elle s’adapte parfaitement à nos besoins. ».

Le projet venant d’être seulement lancé, nous ne disposons pas encore de metrics permettant d’observer l’efficacité du projet et sa pertinence par rapport aux objectifs marketing fixés. Un petit chiffre prometteur toutefois : l’agence Guy Hoquet de Besançon relève une augmentation de 150 % de son trafic depuis l’ouverture de son média local. Affaire à suivre…

Découvrez ici quelques articles déjà en ligne sur les médias des agences Guy Hoquet l’Immobilier :

 

 

Comments are closed.